Les fourneaux de Kikitoul

Voici les recettes de cuisine que je souhaite vous faire partager. Au menu, de l'entrée au dessert en passant par les plats principaux et les apéritifs, que des petits plats mitonnés avec amour.

dimanche 27 août 2006

Feuilleté de poires au cabécou

Feuillet__de_poires_au_cab_cou



Une alliance surprenante mais divinement bonne !

Waou !!! Deux recettes en un mois, je fais fort pour ce qui est de mes mises à jour quotidiennes… il va falloir que je me ressaisisse un peu car les vacances sous les tropiques sont bel et bien terminées (malheureusement ! Ben oui quoi, c’est bien les vacances !!!)

Il est tout à fait normal d’avoir des feuilles de brick (non, pas des feuilles de brique, c’est trop indigeste), une bûchette (une bûche, c’est trop gros, trop lourd et trop en bois surtout) de fromage de chèvre, du miel et des poires chez soi n’est ce pas ? (Ceux qui disent non sortent de suite ! Non, allez, c’était une blague, reste là cher public !) Bon d’accord, ce n'est pas si normal que ça, je vous l’accorde. Mais la façon dont je les ai mariés l’est encore moins, je le crains…

J’aime bien les poires, mais lorsqu’elles sont encore un peu vertes et croquent sous la dent (remarque non constructive mais ça, ça me regarde vu que c’est moi qui écris : j’aime aussi les nectarines un peu vertes, mais je n’aime pas les pêches, qu’elles soient vertes ou mûres. Enfin, vous savez bien, les goûts et les couleurs…). Malheureusement pour mon fin palais (mais non, allons, pas celui des milles et une nuits…), les poires que j’avais en ma possession étaient bien mûres, trop mûres même. Heureusement, il y a autre chose que j’aime, c’est les fruits confits.

Ni une ni deux, je prends alors mes poires pour les passer au sucre. Mais un simple sirop serait trop commun, vous commencez à me connaître. Je prépare donc un sirop avec de l’eau (normal), du sucre (là aussi, normal), du miel (pourquoi pas), de la cassonade cuivrée de Maurice (non, pas Maurice le livreur de pain, je parle de l’île du même nom bien sûr !) et je rajoute un peu de poudre magique qui rend bon : du gingembre en poudre et du mélange quatre épices (girofle, cannelle, bois d’inde et muscade). Bien sûr, comme à mon habitude lorsque je fais un sirop, je l’ai fait à vue de nez et j’ai mis trop d’eau. Mais je commence à en avoir l’habitude et, dépité, je pars sur l’idée de me contenter de fruits au sirop. Mais c’est bien trop facile et sans grand intérêt gustatif, quoi que ce soit déjà fichtrement bon !

Je commence à imaginer un petit mélange de saveur. Puisque j’ai mis du miel dans mon sirop et que le miel va bien avec le fromage de chèvre, EUREKA ! comme disait l’autre (30 points de bonus à celui qui me donne son nom), je vais mélanger mes poires au sirop avec du cabécou (oui, le cabécou n’est pas une bûchette, mais c’est quand même meilleur que du simple chèvre et puis c’est un bon produit du terroir noun de noun !). Mais comment faire tenir le tout ? Je regarde ce que j’ai sous la main : point de pâte feuilletée comme je le désirais mais des feuilles de brick. Qu’à cela ne tienne, ça fera l’affaire.

Je dispose donc au milieu de ma feuille un demi cabécou. Par côté, je love deux quartiers de poire et comme je suis gourmand, je fais couler deux ou trois (bon d’accord, plutôt cinq ou six…) gouttes de miel sur le tout. Je referme intimement et je soude au chalumeau (mais non ! T’es bête ou quoi ? T’es dans une cuisine, pas sur un chantier de BTP…) au blanc d’œuf. Il ne me reste plus qu’à passer ça à la friture. Après coup, je me suis tâté (attention, jamais en public, je ne suis pas exhibitionniste quand même) de savoir si une cuisson au four ne serait pas plus adéquate. À essayer…

Posté par kikitoul à 21:48 - Dessert - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire